Skip to content

5W?

L'agence

L’atelier 5W ? fondé en 2011 par Fabien Chavignaud a adopté une pratique de l’architecture où priment l’échange et le rassemblement de sensibilités diverses. Sans doute le parcours du fondateur en dit-il beaucoup sur ce désir de partage : il a en effet conquis une forme de liberté dont, nous a-t-il dit, jamais il ne se départira. Du BEP de construction (1999) au diplôme d’architecte (2011), il aura tout connu de l’enchaînement des métiers et des savoirs qui donnent naissance à un édifice. Dans ses textes, il parle de respect de l’existant mais aussi de quelque chose de « poétique », alliage subtil d’une histoire à chaque fois singulière. Individuelles ou groupées, ses maisons présentées ici en témoignent pleinement. Cette volonté d’exprimer une singularité ne l’empêche nullement de reconnaître volontiers ses dettes – et cela mérite d’être souligné car ce n’est pas si fréquent – à l’égard de ses enseignants de l’ensa Nantes, en particulier Jean-François Renaud, et des collaborations qui l’auront marqué, singulièrement au sein de la dernière agence, Bohuon-Bertic, qu’il a fréquentée juste avant de fonder la sienne. Il reconnaît ainsi avoir cheminé et appris aux côtés de Yannick Bohuon de 2008 à 2012, à Rezé et plus loin dans le temps, de 2005 à 2007, aux côtés de Sandrine Alain aux Sables d’Olonne.

5W?
Fabien CHAVIGNAUD
110, Grande rue 44240 Sucé sur Erdre
06 17 45 17 35
Réalisations

La Lumière de Sable

Le Coteau

Villa F-117

Interview
Qu’est-ce qui vous rassemble ?

La musique, le rire, le sport, les grands paysages, l’amour du travail bien fait.

Où sont les gisements de travail et d’activité encore inexploités ?

Dans le rural.

Préférez-vous parler de communauté (d’architectes) plutôt que de profession (d’architecte) ?

Nous ne sommes pas encore assez soudés pour être une communauté, et la liberté créatrice de chacun fait aussi que nous avons des trajectoires différentes, ce qui enrichit cette profession par ailleurs ! Nous avons tout de même une ligne commune je pense : réaliser « des rêves ». Et plus qu’une profession, nous pouvons parler d’une passion. Sans passion il me semble compliqué d’avancer dans ce métier de plus en plus difficile.