DE LONG EN LARGE

L'agence

Créé en 2008 par Emeline Escats-Guillou (ingénieur paysagiste ENSP) et renforcé depuis 2013 par la présence de Julie Lemanissier (assistante-paysagiste), De Long en Large est un bureau d’étude et conception en paysage situé à Nantes. Paysagiste concepteur : la double identité de ce métier, tel qu’il s’est renouvelé depuis un quart de siècle désormais, est fortement revendiquée par Emeline Escats-Guillou qui résolument prolonge ce sillon de reconnaissance. Elle souligne volontiers la capacité des paysagistes à intervenir sur des échelles variées allant du petit jardin au grand paysage, tout comme leur capacité à prendre en compte le vivant, facteur majeur d’incertitude, jamais réduite. La présence du site, aussi, prépondérante dans tous les projets de paysagistes – mais tout autant désormais chez la plupart des architectes – s’inscrit au coeur des travaux De long en large. Et puis l’écoute, nombre de paysagistes se vivant plus ou moins consciemment sous les habits du « médecin de campagne » au service d’un paysage conçu comme un bien commun et partagé. Patience et longueur de temps, nous a-t-elle dit en citant Le lion et le rat de La Fontaine, avant de se souvenir de Varda, dans son film sur Les Plages d’Agnès, « si on ouvrait les gens on trouverait des paysages».

Coordonnées

Interview

Sur quoi ne lâcherez-vous jamais ?
La phase préalable de prise de connaissance et de compréhension d’un site. Le paysage comme bien commun
et partagé.

Vous sentez-vous porteurs d’un message ? non, d’un engagement ? oui. Sur quoi travaillez-vous ? Sur la prise en compte du vivant. en général dans les projets. Sur la forme : la médiation et la concertation avec la porte d’entrée « paysage », des études paysagères liées à la question des énergies renouvelables, l’intégration des bâtiments et structures agricoles dans le paysage, des études d’urbanisme réglementaire et opérationnel, des projets (conception et maîtrise d’oeuvre) d’espaces publics et privés.

Quel sens revêt aujourd’hui pour vous la notion d’oeuvre ?
Je n’ai pas de réflexion particulière sur cette notion, je suis plutôt intéressée par l’oeuvre dans sa définition première : l’activité du travailleur et son résultat. Par ailleurs, notre métier intègre une part d’incertitude liée à l’ «oeuvre» du vivant.